Pour Thierry Breton, président du leader européen du cloud et de la cybersécurité Atos, la mise en place du projet de surtaxe permet de rester en dessous des 3% de déficit, ce qui est « dans l’intérêt général de la nation ».