L’ancien ministre Thierry Breton, qui a préparé dès 2006 le passage au prélèvement à la source, estime au micro de Sonia Mabrouk qu’il faut « du courage politique » pour mettre en oeuvre cette réforme.

 

Le Premier ministre Édouard Philippe a confirmé mardi la mise en œuvre du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu au 1er janvier prochain. Une réforme de la collecte fiscale qui aura mis près de 10 ans à aboutir, rappelle Thierry Breton au micro de Sonia Mabrouk mercredi.

« Ce sujet est politique, et c’est sans doute ce qui explique, alors que tout était à peu près prêt pour une mise en œuvre en 2009, qu’il aura fallu attendre presque 10 ans pour le faire. Parce qu’il faut du courage politique pour le faire », note l’ancien ministre de l’Économie et des Finances, qui a commencé en 2006 à préparer le passage au prélèvement à la source.

« Avec les outils de l’époque, on pouvait le mettre en place ». Défendant une réforme qui sert « l’intérêt général et l’intérêt des contribuables », Thierry Breton soutient que le prélèvement à la source aurait pu être mis en place lors de la dernière décennie : « Il y a 10 ans, on n’avait pas exactement les mêmes outils technologiques, mais (…) on avait déjà vu qu’avec les outils de l’époque, on pouvait mettre cette mission en place en deux ans. »

Concernant les dysfonctionnements révélés durant la phase de test et désormais réparés, le PDG du groupe ATOS estime que le risque persiste, mais qu’il n’est pas à craindre pour autant. « Il y a toujours des risques qu’il y ait des bugs, mais (…) les logiciels ont tellement évolué que quand on a pris toutes les mesures pour que ça se passe bien, ça se passera bien. »

Cliquez ici pour la vidéo